être rappelé

Optimisation des Avantages du Cloud pour les Entreprises : Une Approche Complète

L’avènement de l’ère numérique a apporté des transformations radicales dans le paysage commercial, obligeant les entreprises à repenser leur infrastructure informatique pour rester compétitives. L’une des réponses les plus pertinentes à cette évolution rapide est l’adoption du cloud computing, qui offre une myriade d’avantages susceptibles de stimuler la productivité, l’agilité et l’efficacité opérationnelle., Nous explorerons en profondeur le thème de l’optimisation des avantages du cloud pour les entreprises. L’intégration réussie du cloud dans votre environnement informatique nécessite une approche stratégique et bien planifiée. Nous allons examiner en détail les étapes essentielles pour maximiser les avantages du cloud.

Comment Identifier Vos Besoins ?

La première étape cruciale pour exploiter au maximum le cloud consiste à comprendre en profondeur les besoins spécifiques de votre entreprise. Il ne s’agit pas seulement de migrer tous vos systèmes vers le cloud, mais de déterminer quelles applications, quelles données et quels processus bénéficieraient le plus d’une migration vers le cloud. Une évaluation minutieuse de votre infrastructure informatique existante est indispensable pour identifier les candidats idéaux à la migration.

Cette étape permettra de cibler précisément les domaines où le cloud peut apporter les améliorations les plus significatives en termes de productivité et d’efficacité.

Planification de la Migration

La migration vers le cloud peut être un processus complexe, mais une planification minutieuse peut grandement faciliter le passage. Il est essentiel de définir un plan détaillé qui identifie les étapes clés de la migration, les responsabilités de chaque intervenant et les délais à respecter. Impliquez toutes les parties prenantes de votre entreprise dans le processus pour garantir une transition fluide.

De plus, choisissez judicieusement le modèle de cloud qui convient le mieux à vos besoins : cloud public, cloud privé ou cloud hybride. Chacun de ces modèles a ses avantages spécifiques, et la sélection dépendra de vos objectifs, de votre budget et de vos préoccupations en matière de sécurité.

Formation essentielle pour maximiser les avantages du cloud

Une fois la migration vers le cloud effectuée, il est impératif de vous assurer que votre personnel est formé à l’utilisation des nouveaux services cloud. Une formation adéquate garantira une adoption plus rapide et une utilisation efficace de la technologie. Investissez dans le développement des compétences de votre équipe pour qu’elle puisse exploiter pleinement les avantages offerts par le cloud.

Optimisation continue des ressources cloud

Le passage au cloud n’est pas une étape ponctuelle, mais un processus continu. Il est essentiel de mettre en place un suivi de l’utilisation des ressources cloud et des coûts associés. Cela permettra d’identifier les opportunités d’optimisation, d’ajuster vos ressources en fonction de l’évolution de vos besoins et de maximiser l’efficacité opérationnelle. L’optimisation constante est la clé pour maintenir des coûts maîtrisés et des performances élevées.

Collaboration et Agilité

Le cloud offre des fonctionnalités de collaboration améliorée qui peuvent transformer la culture de votre entreprise. Encouragez vos équipes à travailler ensemble de manière transparente, quels que soient leur emplacement géographique. Favorisez une culture de l’innovation et de l’agilité en exploitant les outils de communication et de partage de fichiers du cloud. Cette capacité accrue à collaborer et à s’adapter rapidement aux changements peut constituer un atout majeur pour votre entreprise.

Conclusion : Une Transformation Complète avec le Cloud

En conclusion, le cloud computing offre un potentiel énorme pour améliorer la productivité et la compétitivité de votre entreprise. Cependant, pour maximiser les avantages du cloud, il est essentiel de suivre une approche méthodique et bien planifiée. En identifiant soigneusement vos besoins, en planifiant la migration, en formant votre personnel, en optimisant en permanence vos ressources et en favorisant la collaboration, vous pouvez transformer fondamentalement la manière dont votre entreprise utilise la technologie. Le cloud est bien plus qu’une simple solution informatique ; c’est un catalyseur de croissance et d’innovation pour votre entreprise. Prenez le temps de tirer le meilleur parti de cette opportunité exceptionnelle.

 

Chez Value IT, nous vous aidons à alléger votre charge en vous proposant des solutions cloud. Vous pourrez ainsi vous concentrer pleinement sur votre cœur de métier et sur vos initiatives de croissance.

Notre approche dépasse largement la simple gestion de l’infrastructure. Nos experts en informatique sont à l’écoute de vos besoins et vous guideront pour prendre les décisions les plus appropriées. Ils vous accompagneront de manière complète dans la maintenance et l’administration de votre environnement cloud. Vous aurez accès à des solutions innovantes spécialement conçues pour votre entreprise, ainsi qu’à un service de support dédié veillant au bon fonctionnement quotidien de votre système informatique.

Nos équipes d’experts IT sont entièrement disponibles et à l’écoute de votre projet de migration vers le cloud. Nos contrats sont transparents et adaptables à une variété de projets. Pour obtenir de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter !

Les Avantages Inattendus du Cloud pour la Productivité de Votre Entreprise

Dans un monde en constante évolution, les entreprises se trouvent confrontées à une réalité incontournable : la technologie du cloud computing. Si certains considèrent encore le cloud comme une simple solution de stockage de données à distance, il est temps de changer de perspective. Dans cet article, nous allons plonger en profondeur dans les avantages souvent négligés du cloud en matière de productivité et d’efficacité opérationnelle.

L’Agilité Opérationnelle : Révolutionner Votre Façon de Travailler

L’une des transformations les plus puissantes que le cloud computing apporte à votre entreprise est l’agilité opérationnelle. Imaginez un monde où vos données et applications sont accessibles de n’importe où, à tout moment, et depuis n’importe quel appareil. Vos employés ne sont plus confinés à leur bureau. Ils peuvent travailler en déplacement, collaborer efficacement avec leurs collègues, et répondre aux besoins de vos clients avec une rapidité sans précédent. Votre entreprise devient ainsi un acteur agile, capable de saisir rapidement les opportunités qui se présentent et de relever les défis avec une efficacité accrue.

Économie de Temps et d’Argent : Le Cloud comme Moteur de Votre Rentabilité

L’un des aspects les plus puissants du cloud est sa capacité à simplifier la gestion informatique. Finis les jours où vous deviez gérer des serveurs sur site et effectuer des mises à jour constantes de votre infrastructure matérielle et logicielle. Le cloud prend en charge ces aspects techniques, vous permettant d’économiser précieusement du temps et de l’argent. Ces ressources libérées peuvent être réinvesties dans des initiatives stratégiques qui stimuleront la croissance de votre entreprise. De plus, les coûts du cloud sont généralement prévisibles, ce qui facilite grandement la planification budgétaire.

Sécurité Renforcée : La Protection de Vos Données au Plus Haut Niveau

La sécurité est une préoccupation majeure pour toutes les entreprises. Le cloud offre souvent une sécurité de niveau professionnel que de nombreuses petites et moyennes entreprises ne peuvent pas se permettre de mettre en place par elles-mêmes. Les fournisseurs de cloud investissent massivement dans la sécurité de leurs data centers, ce qui signifie que vos données sont protégées de manière robuste contre les menaces en ligne, les pannes matérielles, et même les catastrophes naturelles. Avec le cloud, la sécurité de vos données est entre de bonnes mains.

Évolutivité Illimitée : Grandir sans Contraintes

L’une des caractéristiques les plus puissantes du cloud est son évolutivité illimitée. Vous avez la possibilité d’augmenter ou de réduire vos ressources informatiques en fonction de vos besoins. Vous pouvez rapidement prendre de l’ampleur lorsque votre entreprise se développe, sans avoir à investir dans de nouveaux serveurs coûteux ou à attendre des semaines pour obtenir du matériel supplémentaire. Le cloud s’adapte à votre croissance.

Le Cloud, Une Révolution pour la Productivité

Le cloud computing ne se limite en aucun cas à la simple sauvegarde de données. Il offre une palette diversifiée d’avantages, notamment une agilité opérationnelle exceptionnelle, des économies de temps et d’argent considérables, une sécurité renforcée et une évolutivité sans limites. Si vous avez à cœur d’améliorer la productivité de votre entreprise et de rester compétitif sur un marché en constante évolution, il est temps de considérer sérieusement le cloud comme une solution informatique qui vous propulsera vers de nouveaux sommets de réussite. L’avenir est déjà là, et il est dans le cloud.

 

Chez Value IT, nous vous aidons à alléger votre charge en vous proposant des solutions cloud. Vous pourrez ainsi vous concentrer pleinement sur votre cœur de métier et sur vos initiatives de croissance.

Notre approche dépasse largement la simple gestion de l’infrastructure. Nos experts en informatique sont à l’écoute de vos besoins et vous guideront pour prendre les décisions les plus appropriées. Ils vous accompagneront de manière complète dans la maintenance et l’administration de votre environnement cloud. Vous aurez accès à des solutions innovantes spécialement conçues pour votre entreprise, ainsi qu’à un service de support dédié veillant au bon fonctionnement quotidien de votre système informatique.

Nos équipes d’experts IT sont entièrement disponibles et à l’écoute de votre projet de migration vers le cloud. Nos contrats sont transparents et adaptables à une variété de projets. Pour obtenir de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter !

Microsoft met fin à son programme Open en 2022

Le contrat Open ne sera plus disponible dès le 1er janvier 2022. De ce fait, les entreprises ne pourront plus acheter de nouvelles licences de logiciels ou de services en ligne, ni même les renouveler via le programme Open License de Microsoft.

Les achats se feront désormais par l’intermédiaire des partenaires du programme Cloud Solution Provider (CSP). Les organisations utilisant la Software Assurance (SA) devront acheter la SA par le biais des programmes Open Value et Open Value Subscription.

Cette fin de programme Open s’inscrit dans un processus de disparition progressive des autres programmes de licences.  Comme cités ci-dessus, Open Value et Open Value Subscription sont également voués à disparaître, d’ici à 5 ans.

Microsoft met fin à son programme Open License en 2022

Quel impact pour vous, utilisateur de Microsoft open License ?

Pour connaître l’impact que ce changement aura sur votre organisation ou sur vos prochaines acquisitions, n’hésitez pas à nous contacter ! Partenaire du programme Cloud Solution Provider, Value IT prestataire informatique à Saint-Etienne saura vous accompagner. Nos experts sont disponibles pour échanger sur ce sujet : contact@value-info.fr 

Migration vers le Cloud : comment réussir l’externalisation de votre SI ?

Convaincu par les avantages du Cloud pour votre entreprise, vous avez décidé de franchir le pas. Une fois l’analyse de vos besoins réalisée, la solution et un partenaire de Cloud choisis, le vrai travail commence. Celui de réussir l’externalisation de votre système d’information.

La migration de votre infrastructure informatique ou de certaines de vos applications nécessite de procéder par étapes : planifier, exécuter, surveiller.

La démarche de migration vers le Cloud est un processus complexe. Seule une stratégie clairement définie au sein de votre organisation vous permettra de déjouer les dangers inhérents à ce projet de transformation.

Une stratégie de migration vers le Cloud

La migration vers le Cloud n’est pas simple. Un projet Cloud n’est pas un projet d’infrastructure, limité, par exemple à un changement de datacenter. Il s’agit d’un réel projet de transformation piloté par des enjeux métiers aux formes multiples.

La transition vers le Cloud doit être traitée comme un projet stratégique et d’envergure qui impliquera tous les services de l’entreprise.

Trois principes sont nécessaires pour une migration réussie :

  • Rendre le SI plus flexible pour favoriser les intégrations ou cessions d’activités
  • Développer de nouvelles applications et gagner de nouvelles parts de marché
  • Réduire les coûts opérationnels (infrastructure, opérations, déploiement, maintenance…)

Pour ce projet de transformation, il sera nécessaire de concevoir un plan de migration. Ce plan ou feuille de route permet de donner une direction, une discipline et une responsabilité à ce processus complexe qu’est la migration vers le Cloud.

Cette feuille de route comporte plusieurs étapes. Découvrons-les !

Planifier votre migration Cloud

Première étape d’une migration réussie, la planification de votre migration Cloud sous-entend de :

  • Penser chaque application et ses données comme un seul et même ensemble
  • Mettre en place une architecture de données stratégiques adaptée aux enjeux de votre entreprise. Il s’agit de construire une architecture pérenne, scalable et fiable en intégrant tous les sujets d’automatisation dès la conception.
  • Institutionnaliser la gestion des données afin de garantir que ces dernières soient de haute qualité, traçables et fiables pour l’entreprise.
  • Créer des politiques de gouvernance spécifiquement adaptées au Cloud. Et ce, afin de tirer avantage de ce que le Cloud a à offrir: vitesse, agilité, évolutivité … Le plus grand changement en matière de gouvernance dans un contexte Cloud consiste en une attention particulière portée à la suppression des étapes manuelles d’analyse et de configuration.
  • Impliquer tous les services de l’entreprise: une migration n’est pas qu’une simple transition informatique. Ce changement affecte également le personnel. Chaque salarié est concerné et doit adhérer au projet.

Exécuter : migrer vos applications et vos données

C’est l’entrée dans la réalisation concrète du projet.

On procède aux déplacements effectifs des données, à l’exécution des procédures de changement de structure et à la modification des processus. Il s’agit également de réaliser les paramétrages finaux et, si besoin, réajuster le dimensionnement.

Là aussi, il convient de procéder par étapes :

  • Effectuer la sauvegarde de vos serveurs et données afin de maintenir la disponibilité des applications pendant le processus de migration ;
  • Déployer l’environnement Cloud : cela implique la connexion et les tests de tous les composants (de stockage, de calcul, de base de données, de sécurité…) ;
  • Migrer les serveurs, données et applications 
  • Valider et ajuster l’environnement de production : vous devez vérifier que toutes vos données sont présentes. De leur côté, les utilisateurs finaux des applications migrées doivent vérifier que toutes les fonctionnalités sont accessibles et opérationnelles
  • Adopter une approche de sécurité avant tout : la sécurité ne doit pas être ajoutée après coup. Au contraire, elle est un composant essentiel. À mesure que l’utilisation des services Cloud et la vitesse des déploiements augmentent, il faut rechercher efficacement toutes les configurations non conformes sur vos domaines Cloud.

Après la migration, piloter le Cloud au quotidien et surveiller l’environnement de production

Votre migration Cloud est un succès. Mais il ne s’agit pas pour autant d’une fin en soi.  Des outils et des processus doivent être mis en place pour surveiller le nouvel environnement d’un point de vue sécurité, fiabilité et rentabilité.

L’expérience utilisateur doit être positive. De ce fait, l’infrastructure doit être suivie de près, chaque jour, pour s’assurer du fonctionnement et de la performance des applications.

Cette supervision s’organise en 6 étapes :

  • Déterminer les applications critiques : CRM, bases de données, logiciels de paie, messageries…
  • Réaliser un inventaire des éléments associés à ces applications: contrats de licence et de support, serveurs dédiés, etc.
  • Communiquer avec les équipes métiers et les autres services comme le marketing, les RH afin de connaître leurs besoins.
  • Mettre en place des KPI (indicateurs clés de performance) pour l’optimisation du pilotage: disponibilité, fonctionnalité des services, évolutivité, maintenance, coûts, etc.
  • Mettre à disposition des tableaux de bord dédiés à chaque équipe métier pour faciliter leur propre suivi et optimiser leur expérience utilisateur.
  • Réaliser un reporting régulier

De plus, quels que soient les applications, les opérations ou les services que vous migrez vers le Cloud, assurez-vous de mettre en place une culture d’amélioration continue dans votre entreprise afin d’optimiser les avantages du Cloud.

Les défis d’une migration vers le Cloud

La migration est un long chemin qui peut cacher des pièges, des obstacles non prévus, voire des dangers. Citons-en quelques-uns :

  • Les interruptions : Il est primordial de conserver la disponibilité des applications et des services pendant les phases de transfert. Une interruption temporaire des serveurs internes peut intervenir pendant le processus de migration. D’où l’importance de mettre en place un système de sauvegarde adapté, sans quoi, une panne peut avoir des conséquences désastreuses sur la fidélité des clients.
  • Les pertes de données : Afin de réduire les risques, des contrôles de sécurité du Cloud comme le chiffrement des applications doivent être appliqués.
  • La gestion des ressources : La migration Cloud, comme tout changement, aura un impact humain. L’entreprise doit prendre en compte ce fait. Les dirigeants doivent s’assurer de l’adhésion des salariés au projet et expliquer que le passage au Cloud implique des modifications dans les méthodes de travail, et dans le rôle de chacun au sein de l’organisation.
  • L’interopérabilité : Assurer une communication fluide et efficace entre vos applications existantes et les environnements Cloud récents n’est pas une chose facile. Il faudra sans doute adapter vos processus en fonction de votre fournisseur Cloud.

 

L’intégration du Cloud dans les environnements informatiques en place est une démarche complexe. De plus, chaque projet de migration vers le Cloud est différent. C’est pourquoi il n’y a pas d’approche systématique pour réussir. Il existe toutefois des règles de bonnes pratiques à suivre pour relever les défis d’une migration.

Il est essentiel de ne pas brûler les paliers et agir par étapes. Une gestion intelligente de votre migration vous permettra d’exploiter toute la puissance du Cloud : évolutivité, résilience, sécurité, et réduction du coût total d’exploitation.

Mais ce n’est que le début… l’après migration n’est pas à sous-estimer. Au contraire, il s’agira de générer de la valeur sur le long terme via la mise en place d’une culture d’amélioration continue au sein de votre organisation.

Comment choisir son fournisseur d’hébergement Cloud

Trouver la meilleure solution Cloud pour le stockage de vos données n’est pas chose aisée. Cloud public, Cloud privé, Cloud hybride, ou encore multi Cloud, que choisir ? La pléthore d’offres et d’arguments de vente peuvent vous désorienter. C’est pourquoi, comprendre votre organisation et auditer vos besoins fonctionnels et techniques s’avère une étape primordiale. Une fois ces besoins précisément définis, il s’agira de sélectionner votre fournisseur de Cloud. 

Dans cet article, nous vous dévoilons les critères déterminants pour trouver un partenaire de confiance qui saura allier compétence technique, fiabilité et qualité de service. Enfin, vous découvrirez les éléments clés que doit comporter le contrat vous liant à votre fournisseur de services Cloud.

Définir ses besoins en Cloud

Comprendre votre organisation et auditer vos besoins

Préalable indispensable à toute gestion de projet, la définition des besoins s’avère essentielle dans le cas d’une mise en place de projet Cloud. Car vos besoins en Cloud, en termes de prestations, vont nécessairement dépendre de votre activité. Certaines entreprises auront besoin d’utiliser des logiciels intégrés, d’autres utiliseront le Cloud dans le but unique de stocker des données.

Quelle que soit votre activité, il est donc primordial de comprendre votre organisation et d’auditer vos besoins technologiques.

Cet état des lieux doit prendre en compte l’existant mais il doit également permettre une projection sur les évolutions futures de l’entreprise et la manière dont le système d’information doit les accompagner. Il s’agit de lister les fonctionnalités actuellement utilisées et celles qui pourraient l’être à moyen ou long terme.

Et bien souvent, comme le champ laissé aux configurations personnalisées est restreint, le choix de la solution Cloud est déterminant. Il faut alors déterminer :

  • le positionnement de l’IT vis à vis des métiers,
  • les différentes priorités et objectifs liés à la délivrance des services IT: une meilleure qualité de service, plus de flexibilité, une réduction des coûts ?

Aussi, les objectifs peuvent différer selon les activités et services de l’entreprise. Que souhaitez-vous faire ?  Optimiser les ressources ? Automatiser le fonctionnement du système d’information ? Simplifier l’infrastructure ?

Les bonnes questions à se poser avant de se lancer

Dans tous les cas et quels que soient vos objectifs, posez-vous les bonnes questions ! Interrogez-vous sur vos applications, votre environnement, la scalabilité recherchée, les coûts engendrés par une migration vers le Cloud, le retour sur investissement…Ne vous lancez pas tête baissée !

  • Quelles tâches au sein de votre organisation peuvent désormais être automatisées ou dématérialisées ?
  • Parmi les applications que vous souhaitez faire migrer, quelles sont celles qui sont compatibles avec le Cloud? Une application peut en effet avoir été développée en interne pour un métier, et son équivalence dans le Cloud ne sera pas forcément possible.
  • L’application a-t-elle besoin de s’interconnecter au système d’information de l’entreprise ou d’accéder à des données hébergées en interne (accès à une base de données ou à un annuaire)
  • L’application dans le cloud va-t-elle améliorer l’agilité par rapport aux solutions existantes hébergées par l’entreprise ?
  • Quelles sont vos contraintes liées à l’environnement ? S’agit-il d’un système d’exploitation Windows ou Linux ?
  • Avez-vous besoin de fonctionnalités à la demande? Votre activité nécessite-t-elle un besoin en scalabilité fort ?
  • Quel est le coût de la migration vers le Cloud et le retour sur investissement ? Le passage vers le cloud est-il rentable ? Allez-vous en tirer des bénéfices? (Meilleure productivité, qualité de service, satisfaction client et équipes internes)

Les critères à prendre en compte pour choisir le bon fournisseur d’hébergement Cloud

Une fois vos besoins clairement définis, le choix du partenaire est alors à réaliser. Migrer vers un Cloud, c’est confier tout ou en partie son IT et ses données à un hébergeur externe. Il s’agit d’un choix important pour votre entreprise et le facteur économique ne peut pas être le seul critère à prendre en compte. Vérifiez les points suivants :

  • La conformité légale : première vérification indispensable : les infrastructures du fournisseur d’hébergement Cloud sont-elles conformes à tous les règlements français et européens ?
  • Les normes ISO et le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données): le fournisseur respecte-t-il la réglementation ?
  • L’Offre : les solutions Cloud du prestataire IT correspondent-elles aux applications de votre entreprise ? L’environnement qu’il peut fournir est-il adapté (Windows, Linux…) ?
  • La qualité de service : il est crucial de s’assurer de la réactivité du support et des engagements pris dans le cadre d’éventuelles défaillances techniques: quelle est la disponibilité du service client ? Quels sont les délais de prise en charge, de résolution ou contournement de l’incident ?
  • La connaissance de votre secteur d’activité : le prestataire a-t-il des références clients auprès d’entreprises de votre secteur d’activité??
  • La flexibilité: le fournisseur propose-t-il des solutions sur mesure, au plus près de vos besoins métiers et contraintes ?
  • La santé financière: pourra-t-il vous accompagner sur le long terme ?
  • Les technologies: la disponibilité de service sur le Cloud est un critère important. Quelle est la disponibilité du réseau ? Les datacenters sont-ils éloignés des uns des autres pour ne pas dépendre du même réseau électrique ? Quel niveau de garantie de disponibilité est mis en place ? Ce critère st exprimé en pourcentage de temps. Par exemple, un taux de 99.9% correspond à 8h76 d’indisponibilités dans l’année.
  • Autre point technique à prendre en compte : le type de Disque (SSD ou HDD) sur lequel seront stockées les données. Notez que Les disques durs SSD sont nettement plus rapides et offrent des performances plus prévisibles que les disques durs HDD. Choisir un disque SSD vous permettra donc de charger plus rapidement vos données.

Le contrat avec votre fournisseur d’hébergement Cloud : les éléments indispensables à vérifier

Le choix d’une solution Cloud et de l’externalisation du système d’information de votre entreprise passe nécessairement par la contractualisation avec un prestataire numérique. L’aspect juridique d’une prestation de Cloud Computing est très important. Il faut évidemment maîtriser la technique mais également le contrat. La présence de certains éléments indispensables dans le contrat doit être vérifiée.

  • La localisation des données et du fournisseur de services Cloud doit être définie contractuellement. En cas de litige, c’est l’assurance d’un recours juridique plus efficace. De plus, choisir un fournisseur dont les infrastructures sont situées en France permet non seulement de s’assurer d’un temps de réponse plus faible mais aussi de la conformité et de la familiarité du fournisseur avec l’environnement réglementaire français, concernant la protection des données.
  • Le niveau de service fourni doit également apparaître sur le contrat. Appelé SLA (Services Level Agreement), ce document oblige le fournisseur Cloud à préciser ses temps de résolution ou de contournement, qu’il s’agisse d’incidents (majeurs, critiques, mineurs), de demandes de changement (urgentes, importantes, courantes) ou bien encore de demandes d’évolution.
  • Les données à l’issue du contrat : qu’adviennent vos données lorsque le contrat prend fin ? Les modalités de restitution, d’effacement et de transfert doivent être précisées. Chez Value IT, par exemple, les données sont conservées 30 jours après la fin du contrat puis elles sont effacées.
  • L’adaptation de la solution Cloud aux évolutions légales et aux menaces cyber. Il est de la responsabilité du fournisseur de vous protéger contre des attaques extérieures et de mettre en place des stratégies pour contrôler les accès à ses systèmes et à ceux de votre organisation.

Un fournisseur de stockage Cloud n’a pas pour simple vocation de délivrer une prestation sur catalogue. Son rôle est celui d’un accompagnateur et d’un conseiller. Avant, pendant et après la migration vers le Cloud, à chaque étape du projet, il doit être un soutien et proposer une solution adaptée aux différentes contraintes de son client, qu’elles soient techniques, opérationnelles ou économiques. C’est dans cette optique qu’il pourra se positionner comme un partenaire de confiance tout au long de la collaboration.

 

Ce que les PME ont à gagner à passer au Cloud Computing

La transformation digitale impose aux entreprises de s’adapter toujours plus rapidement aux évolutions du marché. Agilité, évolutivité, capacité à absorber les montées en charge, vitesse d’exécution, gestion simplifiée de l’infrastructure… Les systèmes d’information doivent répondre aux enjeux de la digitalisation des entreprises. Si le Cloud Computing s’est imposé progressivement comme une réponse naturelle à ces enjeux, certaines PME hésitent à sauter le pas craignant pour la sécurité ou la perte de contrôle sur leurs données, alors que le Cloud est une véritable opportunité pour elles.

Le modèle traditionnel dit on Premise

Le modèle traditionnel du on premise consiste en l’acquisition, l’installation et l’hébergement de l’ensemble des composants informatiques (serveurs, applications, réseau) au sein de l’entreprise. La gestion et la maintenance de ses infrastructures et données sont réalisées par l’entreprise elle-même ou peuvent être confiées à un prestataire IT externe.

Ce modèle implique l’achat des équipements et logiciels par l’entreprise pour son usage exclusif. Il permet de choisir des solutions parfaitement adaptées aux besoins et aux contraintes de l’entreprise :

  • Besoin de performance pour certaines applications gourmandes en ressources (3D, Graphisme…)
  • Contrainte de sécurité ou quant à la localisation des données
  • Volonté stratégique de contrôle et d’indépendance vis à vis des tiers

Ce modèle se caractérise par des contraintes liées à des choix de moyen terme :

  • des investissements lourds : L’hébergement d’applications et de données on premise nécessite des investissements matériels et logiciels très lourds. Il faut aussi louer ou construire un centre de données pour héberger les serveurs et les ressources matérielles informatiques.
  • la lenteur et le coût pour faire évoluer ces infrastructures et les adapter aux besoins de l’entreprise. Toute évolution devra se faire en prenant en compte la solution en place et ses limites.
  • Le coût de gestion – et les  ressources – humaines et financières – pour assurer la performance et la disponibilité de ces matériels vitaux au SI de l’entreprise.

Le Cloud Computing et les services à la demande

Depuis 2010 environ, de multiples évolutions technologiques et de marché ont vu l’émergence du Cloud Computing. Ce modèle promet aux entreprises de pouvoir exploiter des ressources dans une logique d’usage et non plus d’investissement. Voyons comment.

D’une manière générale, le Cloud Computing est la mise à disposition d’un ensemble de ressources informatiques (serveurs, stockage, bases de données, composants réseaux, logiciels, outils d’analyse, etc.) rendu accessible par internet sur le modèle dit AS a service.

Ce modèle présente les caractéristiques suivantes :

La facturation à l’usage

Les fournisseurs de services cloud fonctionnent sur un modèle de facturation basé sur la consommation. Ceci signifie que les utilisateurs finaux paient pour les ressources qu’ils utilisent et uniquement pour cela.

Des ressources provisionnées et configurables à la demande

Les plateformes cloud permettent d’exploiter des systèmes distants As a service – ce qui permet aux entreprises de bénéficier d’une évolutivité verticale ascendante et descendante.

La mutualisation des ressources et des coûts de gestion

Les plateformes de cloud mutualisent les ressources techniques et les activités de gestion des infrastructures : mise à jour, sécurité, supervision…. Il s’agit de pouvoir faire évoluer rapidement les ressources utilisées par l’entreprise.

Les avantages du Cloud Computing

Un environnement cloud offre plusieurs avantages par rapport à un environnement physique dit on premise.

La flexibilité et la souplesse

L’un des grands avantages du Cloud est sa flexibilité. Il permet à l’entreprise d’adapter rapidement les ressources aux besoins de l’entreprise. En effet, il est possible de faire évoluer une infrastructure cloud en fonction des besoins de l’entreprise, qu’il s’agisse d’ajuster les capacité de calcul ou d’espace de stockage ou d’ajouter des ressources nouvelles. Les ressources Cloud sont mises à disposition “à la demande”.

On parle d’élasticité verticale – augmentation de la capacité de calcul en ajoutant de la RAM ou des processeurs à une machine virtuelle et d’élasticité horizontale – augmentation par l’ajout d’instances de ressources supplémentaires – par exemple ajout de machines virtuelles.

L’absence de coût de mise en place

Les solutions on premise exigent un investissement initial élevé ainsi que des frais de gestion, de maintenance et de mise à niveau de la technologie. Dans le cas du Cloud, il n’y a pas de coût de démarrage et une facturation proportionnelle aux ressources et aux services utilisés.

Des coûts plus transparents et plus prévisibles

Autre avantage du Cloud, les frais mensuels sont prévisibles.  Les modèles d’abonnement à prix fixe permettent de prévoir et de calculer les coûts en toute transparence, avec la possibilité de payer pour des ressources supplémentaires quand elles sont nécessaires.

Une accessibilité qui favorise les usages nomades

Les solutions Cloud sont accessibles à tout moment, depuis n’importe quel support, via une simple connexion internet. Cette accessibilité permet de favoriser le travail à distance et en mobilité, mais aussi de simplifier les échanges avec les clients, les partenaires et les fournisseurs. Si les solutions on premise permettent elles aussi d’être accessibles depuis un navigateur, cette accessibilité n’est pas toujours native dans le cas des solutions on premise.

Une reprise d’activité après sinistre facilitée

Les entreprises peuvent déployer les applications et les données sur des datacenters implantés dans différents sites. Ceci permet de choisir des sites performants et aussi de diversifier les lieux d’hébergements.  Cet élément s’avère particulièrement utile quand des systèmes de sauvegarde sont mis en place.

Cloud : les avantages pour votre PME

Le risque de sécurité du Cloud : un faux problème

Alors, si le modèle du Cloud Computing présente tant d’avantages, pourquoi les entreprises hésitent encore à franchir le pas ?  Le principal frein tient à la perception de “perte de contrôle” des données lorsqu’une entreprise choisit de migrer vers le cloud.  Les craintes concernant les données concernent la localisation, le risque de piratage et le risque de surveillance.

Le risque d’attaque n’est pas supérieur sur le Cloud

Sur le plan théorique, Le risque d’être attaqué est le même que les systèmes soient hébergés on premise ou sur le cloud.  Mais en réalité, les fournisseurs cloud mettront en œuvre des moyens techniques et humains supérieurs à ceux dont pourraient disposer les clients individuellement.

La localisation des données est connue et peut être garantie par le CSP (Cloud service provider)

Nombre d’entreprises redoutent que leurs données soient sauvegardées sur des serveurs situés dans des pays où la législation sur les données soit moins forte.  Il est possible de vérifier ce point avec son prestataire cloud qui pourra s’engager pour vous apporter la garantie que les données sont hébergées en France.

La crainte de surveillance des données n’est pas fondée

En migrant leur SI vers le Cloud, certaines entreprises ont le sentiment que leurs données pourraient être espionnées y compris par des puissances étrangères. Les législateurs prévoient des lois leur permettant d’accéder aux données des opérateurs de télécommunication. Mais ces possibilités obéissent à un cadre d’application strict.

Lorsqu’on ajoute les avantages liés à la multi localisation des données, il semblerait donc que les solutions cloud offrent, au contraire, des garanties accrues en matière de sécurité, comparé aux solutions que peuvent avoir les PME.

Le Cloud Computing : une opportunité d’agilité pour les PME

Avec le Cloud Computing, l’entreprise bénéficie de services parfaitement adaptés à ses besoins sans devoir engager des dépenses importantes d’investissement.  Si ses besoins évoluent à la hausse ou à la baisse, elle pourra faire évoluer facilement les services à la demande qu’elle utilise. Bien sûr, ce modèle apporte une simplicité de gestion car l’entreprise n’a pas à gérer ces évolutions mais peut se reposer sur le fournisseur de services cloud.

En outre, recourir au Cloud Computing procure aussi à l’entreprise des avantages en termes de risque, de business model, et d’avantage stratégique.

Le risque informatique est transféré au fournisseur de service Cloud

Avec le Cloud Computing, l’entreprise se dégage des taches liées au choix, et de la gestion d’une infrastructure coûteuse que les utilisateurs n’exploitent pas toujours au maximum. Dans un contexte où les besoins évoluent très vite, ces choix sont toujours plus difficiles et l’équation du modèle d’investissement on premise devient obsolète.

En choisissant le Cloud Computing, l’entreprise transfère la responsabilité de la gestion de l’infrastructure au fournisseur de services cloud, et tous les risques et les coûts associés.

Des ressources sont libérées et peuvent être réallouées à des activités cœur business plus créatrices de valeur

Pour les PME en particulier, le cloud va permettre d’expérimenter à moindre cout et d’essayer de nouveaux services avec ses clients, ses employés, ses partenaires et ses fournisseurs.

En externalisant la gestion de l’environnement informatique via des offres Cloud, les PME vont pouvoir peuvent concentrer leurs ressources et leurs efforts sur leur cœur de métier et des domaines susceptibles de créer davantage de valeur et de croissance.

Plus d’agilité pour saisir de nouvelles opportunités

Puisque que les coûts de mise en place d’une solution Cloud sont très bas voire inexistants, l’entreprise va pouvoir expérimenter et essayer de nouveaux services en limitant les risques financiers. Elle pourra essayer un logiciel et l’abandonner si elle s’aperçoit qu’il ne lui convient pas. Ou au contraire, elle pourra lancer un nouveau service avec des moyens limités et le développer si le succès est au rendez-vous.

C’est en quelques sorte le droit à l’erreur et donc la capacité à essayer et expérimenter qui est plus grande. L’entreprise peut prendre davantage de risque au niveau opérationnel et saisir davantage de propriété business.

 

Coud computing : comprendre les différents types et modèles de cloud

Plusieurs modèles de services Cloud existent en fonction de l’usage : En PaaS on développe, en IaaS on héberge, et en SaaS on consommeDans chacune de ces catégories de services, vous avez la possibilité d’opter pour des solutions de Cloud public, privé et hybrideCet article a pour vocation de définir ces différents concepts et de vous éclairer sur leurs avantages et inconvénients, ainsi que sur leurs cas d’usage.

Saas, Paas, Iaas : trois modèles de services cloud

Infrastructure, Plateforme, Software

 

  • Le IaaS : L’Infrastructure as a Service : L’infrastructure informatique de l’entreprise (serveurs, stockage, réseau…) est externalisée chez un fournisseur.
    L’entreprise conserve néanmoins à sa charge la gestion des systèmes d’exploitation, des bases de données ainsi que des environnements d’exécution et applications.
    Ceci implique donc de disposer de compétences en interne. Ce modèle IaaS est intéressant pour les Grands Comptes ou les PME qui doivent ajuster leur infrastructure selon leurs besoins. Pour les entreprises jusqu’ici en On-Premise, c’est un premier pas vers le cloud.
    Pour fonctionner, le système d’information doit reposer sur une infrastructure, matérialisée par des serveurs. Or, l’installation d’une infrastructure informatique est très coûteuse et complexe. Dans le modèle IaaS, l’entreprise loue tout simplement cette infrastructure.
    Quelques exemples de solutions IaaS célèbres : Amazon Web Services, Microsoft Azure, IBM Cloud, ou OVH pour ne citer que ceux-là.
  • Le PaaS : Plateform as a Service : L’entreprise externalise l’hébergement des outils logiciels et matériels de développement d’applications.
    L’entreprise peut donc garder la main sur l’installation, sur le développement des applications utiles et sur la sécurité des données. Ce modèle s’adresse aux entreprises qui souhaitent accélérer le développement de leurs applications métiers tout en s’affranchissant des contraintes de gestion de l’infrastructure matérielle et de l’environnement logiciel. Il s’agit là de louer une plate-forme, c’est à dire une machine avec un système d’exploitation pré-installé.
    Le PaaS est une solution pertinente pour les entreprises qui souhaitent garder une vraie marge de manoeuvre en interne sur le cycle de développement de leurs applications. Le DSI et ses équipes peuvent ainsi se concentrer sur les données et applications les plus critiques pour l’entreprise et spécifiques à leur secteur d’activité, les développer et les faire tester aux différents collaborateurs puisqu’elles sont par essence facilement accessibles.
    Quelques exemples de PaaS célèbres : Force.com de SalesForce, NowPlatform de ServiceNow, BlueMix d’IBM, Amazon Web Services Elastic Beanstalk, Google App Engine ou encore Heroku… Il en existe bien d’autres un peu moins connus.
  • Le SaaS : Software as a Service : Les logiciels et applications de l’entreprise sont externalisés auprès d’un hébergeur. Ce modèle SaaS se caractérise par un service à l’usage et une facturation à la consommation.
    Ainsi, les entreprises n’ont pas à se soucier ni de la maintenance de l’infrastructure, ni des ressources (mises à jour des logiciels et des systèmes d’exploitation) puisque ces actions sont gérées par les fournisseurs.
    Traditionnellement, un logiciel doit être installé sur l’ordinateur avant de pouvoir être utilisé. Dans le cas d’un logiciel en SaaS, l’entreprise n’a rien à installer. Le logiciel est toujours accessible, et ce quel que soit la machine utilisée. Ce modèle peut intéresser toutes les entreprises, petites ou grandes. Le SaaS est adapté aux structures qui ont besoin d’une solution “métier” qui a été développée spécifiquement pour ce besoin.
    Par exemple, on trouve sur le net, pléthore d’applications SaaS : des CRM (Hubspot, SalesForce, Soho…), des ERP (Netsuite, Divalto, Odoo, SAP…), des outils de gestion (Sage, Silae…), des solutions de gestions RH (Hello Talent, Lucca, Talentsoft, PayFit…)…

Dans chacune de ces catégories de services IaaS, PaaS et SaaS, vous avez la possibilité d’opter pour des solutions de cloud public, privé et hybride : découvrons-les !

Cloud privé, cloud public, cloud hybride : les modèles de déploiement

Le NIST (National Institute of standards and Technology) a défini différents modèles de déploiement, dont le cloud privé, le cloud public et le cloud hybride.

Cloud privé, public et hybride : définitions

Choisir le modèle de déploiement adapté aux besoins de l’entreprise est une étape essentielle dans un projet de migration vers un modèle de cloud computing. Pour effectuer ce choix, il est nécessaire de bien comprendre les spécificités de chaque modèle.

  • Le cloud Privé : est dédié à un seul utilisateur final. Il peut se situer dans un data center sur site, ou être hébergé dans le Cloud par un prestataire de service.
  • Le cloud Public : est une infrastructure qui est mutualisée à plusieurs utilisateurs. L’entreprise exploite des services cloud sur Internet avec un matériel et des logiciels qu’elle ne possède pas. Le cloud public n’a pas vocation à héberger vos données sensibles ou stratégiques, qui nécessitent un haut niveau de sécurité.
  • Le cloud Hybride : est composé de deux infrastructures cloud distinctes ou plus, pouvant être privées ou publiques. L’entreprise peut combiner public et privé afin de pouvoir exécuter les charges de travail sur ces deux modèles de déploiement, sans problème de compatibilité.

Cloud Privé, public et hybride : les avantages et inconvénients des différents modèles

Le Cloud privé : la réponse à une exigence optimale de sécurité

Le cloud privé, aussi appelé cloud dédié, propose :

  • une mutualisation des ressources informatiques sur les appareils connectés au sein d’une même entreprise ;
  • un contrôle sur la maintenance des données conservées sur un réseau privé;
  • une facturation simple et précise avec un prix d’abonnement fixe par rapport au nombre d’utilisateurs
  • une sauvegarde des ressources
  • la réponse à une exigence optimale de sécurité. Le cloud privé est hébergé par des liens privés et très sécurisés

Le Cloud privé présente néanmoins quelques limites. En effet, la mise en place de cette infrastructure représente un coût plus important qu’une location de partition dans un Cloud public. De plus, il s’agit d’un espace moins performant lorsqu’il est saturé d’informations.

Quelles sont les entreprises concernées par le cloud privé ?

Le cloud privé est plébiscité par les organisations des industries réglementées ; les banques, les compagnies aériennes, les sociétés d’assurances, les institutions publiques comme l’éducation, la santé, le gouvernement, l’armée, etc. En effet, ces entreprises hébergent des informations très sensibles et les données confidentielles de leurs clients ou partenaires.

A ce titre, elles n’ont pas le droit légal d’utiliser les messageries publiques hébergées dans le cloud public comme gmail ou outlook.

Elles peuvent donc les exposer au danger de piratage informatique (ransomware, phishing, etc.). En effet, les actes de cybermalveillance ont explosé ces dernières années. Le piratage de comptes bancaires et de données confidentielles continue de faire des ravages en France et dans le monde entier.

Ce mode opératoire a pour mission d’extorquer les données sensibles afin de piéger les entreprises et les utilisateurs du Web. Pour se protéger des hackers organisés en réseaux internationaux, le Cloud privé répond à votre besoin accru de sécurité numérique. Il propose une solution adaptée et flexible pour combattre les cyberattaques.

Cloud public : un modèle simple et accessible

L’atout premier du cloud public, c’est l’économie qu’il offre en matière d’investissement. En effet, un cloud public ne nécessite pas d’acquisition matérielle ni logicielle et pas non plus de centre de données pour héberger ces systèmes.

Citons d’autres avantages :

  • une grande simplicité et une flexibilité d’utilisation (aucun achat de matériel supplémentaire n’est à prévoir, l’application est très rapide à télécharger) ;
  • des capacités de stockage capables de servir une multitude d’utilisateurs au même moment ;

Parmi les limitations, citons la configuration, la sécurité et la spécificité des accords de niveaux de service, ce qui en fait une solution peu idéale pour les entreprises qui utilisent des données sensibles soumises à des règles de conformité.

Du fait de sa grande diversité de services disponibles, le Cloud public est le bon choix pour un ensemble de cas spécifiques :  

Créer une nouvelle activité, un nouveau produit. Pour débuter une nouvelle activité qui exige beaucoup de réactivité, le Cloud public est un excellent terrain de jeu. Il permet de monter en compétences sur une nouvelle technologie ou encore d’évaluer rapidement le potentiel de réussite d’un nouveau projet. Dans cette optique, l’entreprise cherchera à réduire le temps passé dans le Cloud public une fois les tests effectués et la faisabilité démontrée.

Faire face à des pics d’activité : Tête de prou des usages du Cloud public, le débordement est un indispensable du e-commerce pour faire face efficacement aux pics d’activités (et donc de charge sur l’infrastructure) lors des périodes de fêtes, de soldes et tout autre évènement imprévisible. Certains éditeurs de jeux vidéos y ont recours à chaque nouveau lancement ou offres promotionnelles, au moins pendant les premiers jours de vente.

Porter des projets de nouvelles technologies : Intelligence artificielle, Big Data, exploration de technologies de conteneurisation et de virtualisation requièrent des environnements et des ressources particuliers. Les grands Cloud providers proposent pour cela des offres packagées, qui permettent d’utiliser directement ces technologies avec les propres données de l’entreprise, sans avoir à investir à l’aveuglette.

Déporter ses applications d’entreprise : Courants et répandus, les usages d’applications métier en mode SaaS (CRM, productivité, ressources humaines, collaboration…) conduisent les entreprises à se distancier complètement de leur maintenance. Sécurisées et à jour, elles rationalisent une stratégie informatique et offrent une gamme de solutions populaires s’enrichissant d’année en année.

Archiver et stocker « à froid » : Pour toutes les données qui ne sont pas destinées à évoluer, au contenu fixe, mais critique (des plans, des factures, des archives de messagerie…), le Cloud public propose des solutions de stockage à des tarifs très attractifs. Ici, on ne recherche pas la performance, mais l’accessibilité immédiate à la donnée et la simplicité de mise en œuvre, via un accès sécurisé et chiffré. Le coffre-fort de données dans le Cloud public se montre plus commode que la bande (parfois conservée dans un coffre physique, en banque) ou le stockage primaire, bien trop coûteux.

Se libérer des machines physiques : L’informatique prête à l’emploi répond aux besoins de s’affranchir de l’administration quotidienne de son infrastructure. En optant pour une Infrastructure as a Service, serveurs, baies de stockage, connexions sont de la responsabilité du prestataire spécialisé, pendant quse l’entreprise se concentre sur la seule installation de ses applications sur les machines mises à disposition.

Le cloud Hybride : une plus grande flexibilité pour les entreprises

Le cloud hybride, quant à lui, conjugue les avantages du cloud privé et du cloud public. L’entreprise dispose de deux modèles de déploiement combinés sur lesquels elle peut répartir ses charges de travail.

Les avantages du cloud hybride :

  • Une grande flexibilité: l’entreprise peut déplacer les charges entre les solutions cloud computing à mesure que les besoins et les coûts varient.

Une entreprise peut stocker des données sensibles sur un cloud privé ou au sein d’un datacenter local et, simultanément, tirer parti des ressources informatiques robustes d’un cloud public managé.

  • Les services cloud hybrides sont puissants:  ils offrent aux entreprises un contrôle accru sur leurs données privé
  • Un cloud hybride repose sur une console unique de gestion, contrairement à une stratégie multicloud où les administrateurs doivent gérer chaque environnement cloud séparément.

Citons quelques points négatifs :

  • Le déploiement d’un cloud hybride nécessite la présence d’expert en informatique, notamment pour assurer la sécurité maximale des donné
  • Un problème de compatibilité peut également se poser car une infrastructure sur site performante peut ne pas être en mesure de fonctionner correctement avec une infrastructure publique qui est moins performante, ce qui peut nuire à l’efficacité du Cloud hybride.

Cloud hybride : 4 cas d’usages qui ont du sens

Un cloud hybride, oui, mais pour quoi faire ? Reprise après sinistre, archivage, développement applicatif en mode DevOps, gestion des pics de charge ; voici quelques scénarios qui peuvent justifier l’emploi de la fameuse architecture hybride. Quels sont les cas d’utilisation les mieux adaptés au cloud hybride ? Voici trois scénarios populaires, et un cas d’usage plus complexe à mettre en place, mais tout aussi efficient.

  • La reprise après sinistre et continuité d’activité
    La mise en place d’un environnement indépendant pour faire de la reprise après sinistre ou de la continuité d’activité peut-être très coûteux. L’utilisation d’une configuration de cloud hybride, où le centre de données local repose sur un service cloud public en cas d’urgence, est beaucoup plus abordable. De plus, il peut donner aux entreprises un accès à des ressources informatiques dans un endroit géographique suffisamment éloigné de leur site principal pour qu’il soit peu probable qu’elles soient affectées par les mêmes événements critiques.
  • L’archivage
    L’utilisation d’un cloud hybride pour archiver les données présente des avantages très similaires à la reprise après sinistre. Au point que nombre d’entreprises mettent en place des projets de PRA et d’archivage dans des clouds hybrides simultanément.
    Le cloud public n’est pas nécessairement moins cher que les systèmes on premise. Mais dans le cas d’usage de l’archivage, où les données froides sont stockées sans y faire régulièrement appel, cela peut s’avérer très rentable.
  • Développement d’applications en mode DevOps
    Le développement d’applications est un autre domaine où les clouds hybrides peuvent être forts utiles. A mesure que les organisations adoptent une approche DevOps et les méthodologies agiles, les équipes informatiques cherchent des moyens d’accélérer le processus de développement. Pour ce faire, les instances de cloud public sont très simples à utiliser.
    Une fois que les applications sont prêtes à être déployées en production, elles peuvent être intégrées facilement au datacenter de l’entreprise pour des raisons de gouvernance des données ou de coût. Le modèle de cloud hybride permet donc à l’organisation de répondre à des besoins de rapidité et de flexibilité pour le développement logiciel et de faibles coûts de production.
  • Déborder sur le cloud public en cas de pic de charge
    De nombreuses organisations sont également intéressées par l’utilisation d’un cloud hybride pour bénéficier rapidement de ressources informatiques si les besoins pour un applicatif dépassent le périmètre du datacenter. Concrètement, il s’agit d’exécuter des applications dans un cloud privé jusqu’à ce que la demande de ressources atteigne un certain niveau. Et là de basculer vers un service de cloud public. Reste que ce type de scénario est compliqué à mettre en œuvre.

En tant que responsable d’entreprise ou DSI, vous cherchez la meilleure solution Cloud pour stocker vos données… Hébergement, Sauvegardes, Tests et développements, Collaboration, CRM, Bureaux virtuels, Messagerie hébergée… cette liste d’usages n’est pas exhaustive. L’analyse de vos besoins en Cloud est primordiale pour trouver le modèle de cloud adapté à votre entreprise. N’hésitez pas à vous faire accompagner et conseiller. Les entreprises informatiques, expertes en gestion des systèmes d’information pourront ainsi vous préconiser des services Cloud en fonction de vos attentes, de votre organisation, du niveau de sécurité requis et de votre budget.

Verified by MonsterInsights